Membres de la famille des Rosacées
Alisier de Fontainebleau |  Alisier torminal |  Aubépine à deux styles |  Aubépine monogyne |  Cerisier à grappes |  Cerisier de Sainte-Lucie |  Cerisier tardif |  Cormier |  Eglantier |  Laurier cerise |  Merisier |  Néflier commun |  Pommier sauvage |  Prunellier |  Sorbier des oiseaux | 

Cerisier tardif
Prunus serotina

Famille Type Age Taille Port Milieu Origine Sexualité Floraison
Rosacées arbre à feuillage caduc 80 à 100 ans 2 à 15 m. dressé Bois, forêt Amérique du Nord hermaphrodite mai à juin
plan large

Reconnaissance

Le cerisier tardif est un petit arbre originaire d'Amérique du Nord. Il s'est acclimaté et a une tendance un peu envahissante. Il a des feuilles simples, un peu luisantes, presque coriaces, elliptiques, légèrement dentées. Le bout de sa feuille est torsadée et quand on la retourne, la nervure centrale a des poils blanchâtres à roux (photo 1). La feuille n'a pas de glande. Sa floraison est tardive et ses fleurs (et donc ses fruits) sont disposées en grappes (photo 2 et 3). Ses fruits sont mûrs vers le mois d'août.

Usages

Étonnamment, il a été introduit en Europe pour la chasse pour servir de couvert au gibier et également pour son bois similaire à celui du merisier. Chez nous ses fruits (astringents crus) sont peu utilisés, alors qu'il semblerait qu'ils le soient dans leur pays d'origine l'Amérique, sous forme cuite: confitures, gâteaux, pâtes de cerises etc. Son bois brûlé donne un parfum à la nourriture qu'il cuit. Le cerisier tardif est considéré chez nous comme une plante envahissante.

Risque de confusion:
avec le cerisier à grappes (Prunus padus) qui a aussi une floraison en grappes. Mais dont la face inférieure de la feuille est sans poil et il y a des glandes à la jonction du limbe et du pétiole. On peut le confondre également avec le laurier cerise qui a une floraison également en grappes mais il a de grandes feuilles luisantes et coriaces.

Haut de page